Qui est Jean Dubuffet?

Reconnu comme l’un des peintres les plus énigmatiques de la seconde moitié du XXe siècle, l’entrée de Jean Dubuffet dans la dimension architecturale de son œuvre s’est développée pendant sa période hourloupéenne (1962-74).

Du 10 octobre au 8 novembre 2008, PaceWildenstein présentera Jean Dubuffet : Sculpture monumentale du cycle de l’Hourloupe, une exposition rare des sculptures de l’artiste, dont Welcome Parade, initialement conçue pour l’ouverture de l’aile Est de la National Gallery of Art et réalisée et exposée pour la première fois à PaceWildenstein.


Un catalogue avec des essais de Daniel Abadie, professeur d’histoire de l’art à l’Université Libre de Bruxelles et commissaire de l’exposition du centenaire Jean Dubuffet 2001 au Musée d’Art Moderne Geroges Pompidou, Paris, et de Sophie Webel, directrice de la Fondation Dubuffet, accompagnera l’exposition.

Jean Dubuffet (1901-1985) a commencé le cycle de l’Hourloupe en 1962.

A l’époque, l’artiste avait 61 ans et peignait depuis 20 ans. Au début, le cycle était composé de dessins et de peintures, mais Dubuffet, souhaitant leur donner une plus grande « corporalité », a transformé les images aplaties en trois dimensions, créant ce qu’il a appelé non pas des sculptures peintes, mais plutôt des « dessins qui s’étendent et se développent dans l’espace »[1]. C’est pour la dimension architecturale de son œuvre que Dubuffet a reçu la médaille de l’American Institute of Architects, le seul honneur qu’il n’a pas refusé de son vivant.


Le cycle de l’Hourloupe, caractérisé par trois couleurs prédominantes : le rouge, le blanc et le bleu avec des lignes noires sinueuses, représente une exploration majeure de l’espace tridimensionnel influencée par l’intérêt de l’artiste pour l’architecture et, comme l’explique Daniel Abadie, par son désir de « concevoir des sculptures monumentales comme un dialogue avec les passants ».

Welcome Parade, la plus grande œuvre exposée dans Jean Dubuffet :

Sculpture monumentale du Cycle de l’Hourloupe, est composée de cinq peintures polyuréthanes sur des figures en époxy : L’Accueillant, Cherche-Aubaine, L’incivil, Rédingoton, et Le Facétieux, et mesure plus de 13′ x 27′ x 16′. Conçue à l’origine au cours d’une longue collaboration avec l’architecte I.M. Pei, chargé de la conception de l’aile Est de la National Gallery of Art à Washington, l’œuvre a répondu à la proposition de « mettre à la disposition de l’artiste une salle entière pour qu’il puisse y exposer ses œuvres sur les murs, le plafond et le sol ».

Au début des années 1970, alors que ce projet est en discussion, Dubuffet, dans la lignée de son cycle sur l’Hourloupe, réalisera et installera également Groupe de quatre arbes, une commande publique permanente située au Chase Manhattan Plaza de New York (inaugurée en octobre 1972) et Coucou Bazaar, sa célèbre « peinture animée » composée d’acteurs costumés et d’œuvres hourloupéennes de grande envergure, sera présentée à la fois au Solomon R. Guggenheim Museum, New York et aux Galeries nationales du Grand Palais, Paris, à l’occasion de ses rétrospectives dans ces institutions en 1973.


Jean Dubuffet : Sculpture monumentale du cycle de l’Hourloupe comprend deux autres œuvres monumentales Tour aux Récits (1973-2000) et L’Ambulant (2008, d’après une maquette datée du 8 août 1973) ainsi qu’une figure solitaire plus petite intitulée Personnage pour Washington Parade (2008, d’après une maquette datée de 1973). Avec le cycle Hourloupe, Dubuffet a cherché à créer une réalité alternative ; un monde parallèle dont le nom, lorsqu’il est prononcé en français, évoque « quelque pays des merveilles ou un objet ou une créature grotesque, tout en évoquant quelque chose de grondant et de menaçant avec des connotations tragiques »[2], a expliqué l’artiste dans ses remarques lors du dévoilement du Groupe de quatre arbesin 1972.


Tragiquement, la National Gallery a officiellement mis le projet de Dubuffet « en suspens » pour des raisons financières. Peu après, Arne Glimcher, le marchand de Dubuffet depuis 1968, a offert à l’artiste l’opportunité d’agrandir certains des personnages de la Welcome Parade. Webel conclut que Dubuffet « en a choisi cinq, agrandis à une échelle moindre et disposés différemment, pour former un nouveau groupe monumental qu’il nomme La Députation – qui, pour clore une longue histoire, sera exposé à Washington à l’occasion de l’ouverture de l’East Building ».


En 1973, Jean Dubuffet a créé une fondation dans le seul but de préserver ses projets monumentaux des « aléas techniques, financiers et parfois politiques ». Webel écrit que la « préoccupation principale de l’artiste était d’assurer l’avenir de ces projets, afin qu’ils puissent éventuellement devenir réalité après sa mort tout en respectant le caractère de son travail artistique ». Au cours de sa vie, Dubuffet a travaillé en étroite collaboration avec Richard Dhoedt, un fabricant qui a réalisé tous ses projets importants à grande échelle. Dhoedt est responsable de la réalisation des œuvres exposées dans la présente exposition, conformément aux souhaits exprimés par l’artiste.

Jean Dubuffet (né en 1901-d. 1985), élève de l’Académie Julian à Paris, quitte l’école en 1918 pour suivre une forme d’enseignement artistique indépendante. En cours de route, il a développé une appréciation pour la littérature, la philosophie, la linguistique et la musique. Après avoir rempli ses obligations militaires en France (1939-1940) et exercé une activité dans le commerce du vin de sa famille, l’artiste revient à la peinture à plein temps en 1942. Peu de temps après, Dubuffet commence à exposer dans des galeries et des musées du monde entier.


Comme beaucoup de membres de sa génération en Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Dubuffet recherchait l’authenticité artistique non pas dans les limites de la tradition européenne formelle, mais plutôt en marge de l’art : l’art des enfants et, dans une moindre mesure, l’art des personnes socialement isolées. Influencé par ces perspectives sur l’art, Dubuffet a incorporé un langage visuel similaire dans sa propre œuvre. Dubuffet a appelé ce style de peinture « Art Brut ». Il a inventé ce terme, prédécesseur de l’art outsider, à la fin des années 1940.
De son vivant, Jean Dubuffet a fait l’objet de douze rétrospectives muséales majeures, dont le Museum of Modern Art (1962), qui a été présenté au Art Institute of Chicago et au Los Angeles County Museum of Art ; la Tate Gallery, Londres (1966) ; le Stedelijk Museum, Amsterdam (1966) ; le Museum of Fine Arts, Dallas (1966), qui a été présenté au Walker Art Center, Minneapolis ; le Musée des Beaux-Arts, Montréal (1969-70) ; et le Solomon R. Solomon R. Guggenheim (1973, 1981).


PaceWildenstein représente Jean Dubuffet depuis 1968, et depuis cette date, quatorze expositions personnelles ont été montées à la galerie.

Un commentaire pour “Jean Dubuffet, 1901 – 1985, rétrospective du centenaire”

  1. Ping : EXPOSITIONS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *